dimanche 9 juillet 2017

Tintin au Congo.
Hergé.
Editions Casterman.
62 pages.

Résumé:

L'histoire se déroule pendant l'époque coloniale. Dans le cadre de son travail de journaliste, Tintin, accompagné de son chien Milou, se rend en paquebot au Congo, la grande colonie belge de l'époque. Tom, un homme embarqué clandestinement sur le même bateau, va tenter plusieurs fois de le tuer une fois qu'ils seront arrivés à bon port.

Mon avis:

Comme vous le savez sans doute Les aventures de Tintin font parties de mes bandes dessinĂ©es prĂ©fĂ©rĂ©es. Je les lisais beaucoup Ă©tant plus jeune et c'est une fois adulte que j'ai eu envie de me faire la collection des nombreux albums d'HergĂ©. Je m'Ă©tais procurĂ©e Tintin au Congo il y a environ un an et j'ai profitĂ© de ce dimanche tranquille pour le sortir de ma bibliothèque. 

Cet album est bien diffĂ©rent des prĂ©cĂ©dents et cela dès les premières pages. La plupart des intrigues  des albums tournent autour d'une enquĂŞte que notre jeune reporter Tintin doit mener contre des criminels. Hors ici c'est bien pour un simple reportage qu'il se rend au Congo qui est Ă  l'Ă©poque une colonie belge. Le rĂ©cit est en ce sens un peu moins dynamique et passionnant, mĂŞme si les pĂ©ripĂ©ties ne manquent pas tout au long de son pĂ©riple. Les animaux prennent une très grande place y compris Milou qui est ici mis beaucoup plus en avant que dans les tomes qui succĂ©deront Ă  celui-ci.  

J'avais un très bon souvenir de ce titre et pourtant je ressors de ma lecture plutĂ´t mitigĂ©e, vois mĂŞme choquĂ©e par certaines scènes notamment du sort rĂ©servĂ© Ă  ces pauvres bĂŞtes que se soit de la part des africains ou de Tintin lui-mĂŞme.  A mon sens je pense qu'HergĂ© a voulu dĂ©noncer le braconnage des animaux sauvages, notamment de la part de la population blanche pour revendre les peaux, les cornes ou les dĂ©fenses, ou juste pour les montrer comme des trophĂ©es. Cela reste quand mĂŞme choquant de les voir se faire massacrer sans raison pour de l'argent ou juste pour son propre plaisir personnel. Ainsi Tintin n'a pas ici une très belle image et cela m'a un peu perturbĂ©. 

De mĂŞme, un des autres aspects qui m'a dĂ©plu est la façon dont sont considĂ©rĂ©es les personnes de couleur. La bande dessinĂ©e Ă©tant sortie en 1946, le racisme Ă©tait très fort Ă  cette Ă©poque et Ă  travers les paroles des personnages on comprend aisĂ©ment comment Ă©tait perçu ce peuple. Les clichĂ©s sur leur façon de parler très simple et avec un accent très prononcĂ© en commençant leur phrase par "Toi y en a...", ainsi que sur leur façon de se comporter les font passer pour des personnes idiotes et parfois mĂŞmes fainĂ©antes. Ce sont des rĂ©flexions qui lorsque j'Ă©tais plus jeune ne m'Ă©taient pas venues Ă  l'esprit et je suis donc contente de la relire quelques annĂ©es plus-tard pour en comprendre toute la portĂ©e. 

Quoi qu'il en soit j'ai Ă©tĂ© charmĂ©e par les dessins qui m'ont surpris par leur prĂ©cision alors que cet album fait partie des tous premiers de l'auteur illustrateur. Les dĂ©cors et les couleurs utilisĂ©s nous rappellent bien l'Afrique et en cela on est complètement dĂ©paysĂ©. 

Pour conclure:
Une bande dessinĂ©e dĂ©paysante et intĂ©ressante dans le sens oĂą elle fait rĂ©flĂ©chir le lecteur sur la façon dont les blancs considĂ©rĂ©s les noirs Ă  l'Ă©poque, et sur le comportement cruel de l'Homme envers les animaux sauvages. Deux flĂ©aux qui malheureusement sont encore bien prĂ©sents de nos jours.

 Ma note: 14/20.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire