jeudi 23 mars 2017

Les étés sur la côte, tome 1: Les filles de l'été.
Mary Alice Monroe.
Editions Charleston.
496 pages.

Résumé:

Située en plein coeur d’un boisé de chênes et de palmiers nains surplombant la mer, la villa historique de Sea Breeze est la demeure ancestrale de Marietta Muir. Jadis, ses petites-filles adoraient venir y passer leurs vacances, mais voilà des années qu’elles ne lui ont pas rendu visite. Et Mamaw craint qu’une fois qu’elle aura quitté ce monde, les liens familiaux ne s’effritent. La famille Muir est l’une des plus anciennes familles de Charleston, et le sang de leur ancêtre, un capitaine pirate, coule dans les veines des trois petites-filles. Alors, Marietta décide de jeter comme une bouteille à la mer une subtile promesse de butin (des colliers de perles, des meubles anciens à la valeur inestimable, la maison elle-même) pour les appâter et les inciter à revenir. Pendant des années, Carson Muir a erré, sans jamais vraiment s’installer, certaine d’une seule chose: qu’une vie loin de l’océan est une vie vécue à moitié. Perdue, sans le sou, elle quitte la Californie et arrive la première à Sea Breeze, se demandant à quel moment les choses ont pu si mal tourner… jusqu’à ce que l’océan lui envoie son petit miracle. Le lien étonnant qu’elle entretient avec un dauphin aidera Carson à renouer avec ses soeurs et à affronter les souvenirs obsédants et funestes de son père. Grâce au rythme apaisant de l’île, Carson ouvrira son coeur et pourra alors commencer à se tourner vers l’avenir.

Mon avis:

Aimant beaucoup les sagas familiales, je me suis encore une fois laissée charmer par le résumé de celle-ci et par sa jolie couverture. Merci donc aux Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.

mardi 21 mars 2017

Un ange brûle.
Tawni O'Dell.
Editions Belfond.
344 pages.
En librairie depuis le 2 février 2017.

Résumé:

Dove Carnahan n'est pas femme à se laisser déstabiliser. À bientôt cinquante ans, la chef de police d'une petite ville minière de Pennsylvanie a l'habitude des situations difficiles. Pourtant, devant le corps à demi-calciné de la jeune Camio Truly, Dove vacille. Issue d'une famille de rednecks versée dans l'alcool et les magouilles, l'adolescente était promise à un autre avenir : une bourse universitaire, une porte de sortie vers un monde meilleur. Un rêve soudain brisé. Dove prend l'affaire personnellement. Elle qui a dû se battre pour se sortir d'une enfance chaotique veut rendre justice à cette innocente. Après tout, sa propre famille n'est pas si différente des Truly. Au même moment, un homme est remis en liberté après trente-cinq ans passés sous les verrous. Pour Dove, pour les siens, c'est le souvenir d'un indicible drame qui ressurgit. Peut-on jamais tourner le dos à son passé, à sa famille ?

Mon avis:

J’apercevais souvent les romans de Tawni O'Dell en librairie mais je n'avais jamais osé franchir le pas, sans vraiment savoir pourquoi. Lorsque j'ai vu que son nouveau roman était un thriller, en tant qu'amatrice du genre je n'ai pas longtemps hésité. Merci donc aux Editions Belfond pour l'envoi de ce titre.

samedi 18 mars 2017

Un petit livre oublié sur un banc, tome 2.
Jim et Mig.
Editions Bamboo.
54 pages.

Résumé:

Depuis qu’elle a mis la main sur ce livre oublié sur un banc, Camélia s’est retrouvée dans un petit jeu du chat et de la souris… La souris c’est elle, mais qui est le chat ? Qui est ce mystérieux amoureux qui lui écrit des messages dans son livre? Et surtout, comment expliquer qu’une autre femme a le même livre ? Et si elle avait un message à l’intérieur, elle aussi ? Portrait d’une femme perdue dans une vie qui l’ennuie, en quête d’une vraie passion amoureuse.

Mon avis:

J'avais lu le mois dernier le premier tome de ce diptyque qui m'avait moyennement convaincu, mais j'étais quand même curieuse de lire ce deuxième et dernier tome pour connaitre enfin l'identité de ce mystérieux messager.

vendredi 17 mars 2017

Elle voulait juste marcher tout droit.
Sarah Barukh.
Editions Albin Michel.
423 pages.
En librairie depuis le 1 février 2017.

Résumé:

1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras. C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance.

Mon avis:

Vous connaissez sans doute si vous me suivez régulièrement mon amour pour les romans traitant de la seconde guerre mondiale. Je ne pouvais donc évidemment pas passer à côté de celui-là qui avait tout pour me plaire. Je remercie ainsi Albin Michel pour l'envoi de ce titre.

mercredi 15 mars 2017

La maison aux secrets.
Catherine Robertson.
Editions Charleston.
412 pages.
En librairie depuis le 7 février 2017.

Résumé:

Depuis que le petit garçon d’April Turner a été tué par une voiture, la jeune femme ne vit plus. Cela fait cinq ans qu’elle s’est écartée de tout ce qu’elle aime, et de tous ceux qui l’aiment, et entend bien continuer son existence ainsi. Lorsqu’une lettre lui arrive de la part d’un notaire anglais, l’informant qu’elle est l’héritière d’une propriété abandonnée en Angleterre, Empyrean, la jeune femme tente de résister. Mais le mystère entourant cet héritage est intrigant, et elle décide de quitter temporairement la Nouvelle-Zélande pour le vieux continent, où elle va rencontrer des habitants étonnants : Oran, musicien qui reste loyal à sa femme infidèle ; Jack, qui vit dans les bois avec son chien ; et Sunny, dite Lady Day, qui approche des 90 ans mais qui est bien plus énergique que ceux qui ont la moitié de son âge. Sunny avait connu Empyrean lors de son âge d’or, et son histoire rend le passé encore plus vivant. Mais April sera-t-elle prête à renoncer à ses principes pour, enfin, revivre à nouveau ?


Mon avis:

Comment résister à une couverture et à un titre aussi intrigant ? Adorant les romans recelant des secrets de famille et multipliant les retours dans le passé, j'avais d'autant plus envie de le découvrir. Merci donc aux Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.